µ
Petit blog des expressions et mémoires capturées au (sur)vol d’un monde(s)

Photo-synthèse
17 novembre, 2008, 21:08
Classé dans : Modeles de danse

http://www.dailymotion.com/video/kmVwFm1hVIWeLbSz63

Surfaces d’échange et production ?

Le végétal est de très loin le plus important producteur primaire d’énergie de la planète. Autotrophe, son travail « matériel » consiste à concentrer des photons solaires pour in fine transformer et stocker cette énergie sous la forme de liaisons chimiques exploitables par le reste du vivant.

Sur ce plan « matériel », l’homme est un animal hétérotrophe consommateur et dissipateur d’énergie.

Mais imaginons un instant que l’émergence du système mental de ce dernier puisse être vue comme une activité photosynthétique singulière. Il ne s’agit plus ici de produire de l’énergie exploitable sous la seule forme chimique, il s’agit aussi de concentrer les photons dans des images. Des images nourricières mises en circulation dans l’espace et le temps. Dans la société dans un premier temps, dans le monde des choses par la suite du fait des nouvelles pratiques et des usages qui en découlent.

Il s’agit là de cette production « immatérielle » (relations, idées, images) qui nourrit le commun de la banque d’image sociale, produit en retour la vie sociale elle-même à mesure que les images des uns deviennent la matière première de celles des autres membres du réseau de l’écologie des idées.

Produire une image c’est sélectionner, condenser, établir des liaisons dans le monde. Synthétisé dans une production qui le plie dans des images, il existe un potentiel d’énergie immatérielle ou de création sociale. Autrement dit, de leur manipulations, recombinaisons et déploiement des autres membres de l’essaim social, ces images vont libérer une certaine énergie de production immatérielle. Dans l’immatériel, l’homme est un producteur primaire d’énergie, et sans doute lui aussi à partir d’une certaine photosynthèse lumineuse.

Pour reprendre ains la métaphore végétale, l’animal et ses antennes sont des producteurs d’images primaires. Emerge de son système mentale cette capacité à « photo-synthétiser ». A établir des liaisons au monde sous la forme d’idées pliées dans des images, et dont le déploiement libère une certaine énergie de production immatérielle.



Capture des parties
22 octobre, 2008, 13:33
Classé dans : Modeles de danse,Mondes animaux

http://www.dailymotion.com/video/k4Apznk7qVQFRNOwk0
Vid: d’après le film documentaire la planète bleue. Audio: d’après Gilles deleuze, Spinoza, Immortalité et Éternité, CD1. Fond sonore : Arno, la vie est une partouze.



Monde et mouvement des choses, cinéma, inventions et perceptions.
20 septembre, 2008, 12:01
Classé dans : Modeles de danse,Representations

http://www.dailymotion.com/video/k1FHXyvQxAY3vdM0Mg
Deleuze, Bergson et le cinéma. Image temps, image mouvement. Commentaires de Pierre Montebello d’après les nouveaux chemins de la connaissance du 18 septembre 2008. Illustration. Variations sur le même thème, le nouveau monde de Terrence Malick, sortie de cadre dans un jardin anglais, sortie joyeuse d’une existence.

http://www.dailymotion.com/video/k6Y2KY51cECTGZBWKD
Extrait audio d’après Conférence de l’Université Lumière Lyon 2, intervention de Michel Serres autour du thème de l’invention.



Modèles de danse
30 juin, 2008, 14:15
Classé dans : Modeles de danse

Un environnement ? Une configuration dynamique, un organe sensoriel décentralisé: un modèle de danse qui capture d’autres modèles de danse.

http://www.dailymotion.com/video/k7hBIXEAh426DfG2ud

Deux grilles de lecture, extraites parmi beaucoup d’autres:

-> Les formes (les corps) expriment des symptômes, des rapports de force.
« Ils [les arbres] ne sont qu’une volonté d’expression. Ils n’ont rien de caché pour eux-mêmes, ils ne peuvent garder aucune idée secrète, ils se déploient entièrement, honnêtement, sans restriction [...], ils ne s’occupent qu’à accomplir leur expression : ils se préparent, ils s’ornent, ils attendent qu’on vienne les lire. » Francis Ponge.
« [...] une plante est un chant dont le rythme déploie une forme certaine, et dans l’espace expose un mystère du temps.» Paul Valéry.

-> Les formes (les corps) ne sont pas séparables de leur environnement, c’est à dire que tout est question d’échelle dans l’enchaînement des frontières entre individu et collectivité.
L’approche systémique propre à l’écologie est ainsi une façon de percevoir à la fois l’arbre et la forêt, sans que l’un ne masque l’autre. L’arbre est y alors perçu comme une configuration d’interactions appropriée aux conditions de vie de la forêt, elle-même association d’arbres dont les interactions produisent la niche écologique des individus arbres.


Source audio: chronique-olivier-06-08-28-18-49-02-la-plante-est-elle-un-individu – (c) Frequence Terre

Un exemple, une application, une résonance: Béjart Ballet et le Bolchoï – Le Boléro de Ravel, partie 1 et 2. Expression d’un monde en création, croissance du conatus (désir), sélection des espaces et des mouvements. Apprentissage, tâtonnement et composition, musique et déploiement d’une mélodie qui se chante elle-même. Modèle de danse ou modèle de monde qui capture et invite d’autres modèles de danse.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube


La légende de Fecinu |
amour |
laroquebrou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des avions et des hommes
| la rose
| pasmole